Togo/Faure Gnassingbé avait-il réellement L’AVC?

C’est un président très serein et décontracté que les togolais ont aperçu à la  télévision nationale au cours de l’édition du journal de nuit de ce mardi 23 juin 2015. Durant une dizaine de jours il ne s’était pas montré sur les médias.

Largement suffisant pour donner des arguments à certains concitoyens et  confrères journalistes nécrophages d’annoncer la fin de vie de Faure Gnassingbé, le Président de la République togolaise. Et pourtant, ce n’est pas la première fois que Faure Gnassingbé connu pour être un homme très discret et effacé, reste en retrait de l’actualité. Malgré les interventions de la Directrice de Cabinet et des services de communication de la Présidence, les oiseaux de mauvais augure n’ont pas mis fin à leurs puantes et vilaines œuvres, donnant au passage, l’impression qu’au Togo, la raison a quitté tous les fils et filles de ce pays. Qu’au Togo, le journaliste au lieu d’être le garde-fou, mieux l’éclaireur, l’homme qui édifie ses concitoyens,  est au contraire, l’homme qui le rend stupide ; bref celui qui travaille à la déchéance de la pensée humaine.

Faure Gnassingbé est avant tout le Président de la République togolaise et c’est une chose tout à fait normal pour un journaliste de s’informer sur lui pour en rendre compte aux citoyens. Car le journaliste, c’est l’engagement au service de l’information juste et objective.

Est-ce que Faure avait réellement l’AVC ?Non. D’où ces confrères ont-ils tiré leur information ? Sur un site de blague qui annonce en haut de page ceci à ses visiteurs.     CRÉE TA BLAGUE RAPIDEMENT! Crée une blague et piège tous tes amis. Tu peux partager les actualités sur les réseaux sociaux! Qu’attends-tu pour commencer?

Tout a ainsi commencé. L’information a été reprise et répandue sans évoquer qu’il s’agissait d’une  plaisanterie. Aujourd’hui, avec l’arrivée fracassante de nouveaux moyens de communication tel que l’internet, on croyait que le  journaliste qui a une formation et une expérience, devrait prendre de la hauteur et renforcer ses capacités dans le traitement de l’information. Ceci pour éviter que ses écrits soient confondus aux innombrables banalités plus que jamais présentes dans nos vies quotidiennes.   Qu’est-ce qui ne se dit pas sur le net ? Sur les réseaux sociaux ? Qu’est-ce qui ne se raconte pas autour de la politique ? Mais est-ce qu’un homme  qui a vraiment fait du journalisme son métier peut-il s’autoriser des indélicatesses sans risquer de se griller totalement devant l’opinion? Difficile de l’imaginer mais au Togo, on en trouve de ce type de charognards tombés par malheur dans le métier. Et animés par l’instinct du mal, de la haine et sans doute par un excès de liberté, ces confrères se sont montrés très occupés à amplifier une information qui normalement devrait rester dans le cadre strict d’une plaisanterie.Les supputations allaient dans tous les sens du moment où ils sont parvenus à faire passer la blague pour une information vraie, certains allant jusqu’à affirmer que le président avait été admis dans un Hôpital à Turin, sans pour autant situer l’opinion sur le nom et la cause de ce séjour.

A présent que Bisa William, la diplomate américaine est venue apporter la bonne nouvelle au togolais, telle Marie Madeleine annonçant aux fidèles la résurrection du Christ, ces confrères dont la médiocrité professionnelle n’est plus à démontrer, doivent avoir présentement la queue rabattue entre leurs jambes. Et personne ne  souhaiterait être à leur place présentement car sur plusieurs fronts, ils ont été démentis par les évènements.

Ils sont à présent nus comme des vers de terre, et même les vêles du diable dont ils sont des adeptes ne sont pas capables de cacher leur nudité.

Tentant vainement de salir l’image du pays depuis des années, ces apatrides n’ont plus la paix du cœur depuis la fin des élections du 25 avril 2015 saluées par tous les partenaires du pays comme l’un des meilleurs processus démocratiques sur le continent noir.

Sommés sans doute par la réussite sans faute du Président de la République et surtout par l’aveu d’échec et d’impuissance de ceux sur qui ils comptaient, ces confrères se sont jetés sur cette rumeur en espérant qu’elle produira des effets.

Mais la désillusion a été totale avant hier mardi après le journal de la TVT et nous parions que certains ont dû faire des AVC en apercevant sur leurs écrans un Président hyper pimpant recevant d’ailleurs et une fois de plus, les félicitations et les encouragements d’un diplomate de haut rang dont le jugement ne peut pas être susceptible d’erreur, tant les USA et les autres partenaires sont bien au fait des progrès réalisés dans notre pays sur beaucoup de plans.

Avec l’arrivée de Faure Gnassingbé qui a permis l’ouverture démocratique de notre pays qui se manifeste par cette liberté excessive dans la presse, beaucoup de cartouchards de l’université, beaucoup d’opportunistes, beaucoup d’aventuriers politiques ont trouvé leur salut dans le métier de journaliste. Sauf qu’ils ont décidé de brader le professionnalisme et la rigueur du métier au profit d’un travail superficiel, sans consistance et sans intérêt pour la société togolaise, la malheureuse, prise dans le piège quotidien de l’intoxication et de la manipulation.

La HAAC a aujourd’hui un cas d’espèce pour mieux agir et mieux réguler le secteur en mettant de plus en plus de rigueur dans la délivrance des autorisations car il ne sert à rien d’avoir une presse si l’on n’est pas aujourd’hui en mesure au niveau de certaines rédactions, de mettre la différence entre une rumeur, une blague et une information. L’avenir de notre société en dépend. Nous y reviendrons.FB_IMG_1435172983284

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *