TOGO:Droit de réponse du Ministère de l’Economie, des Finances et de la Planification du Développement au journal « indépendant express « 

A

Monsieur le Directeur de Publication

du Journal « L’Indépendant express »

Dans sa parution n° 356 du 1er décembre 2015, sous le titre « Travaux publics et le scandale des taches noires / faille d’Alédjo : histoire secrète de 17 milliards disparus », en pages 1, 4 et 6, le journal togolais d’informations générales, d’analyses politiques et de publicité «L’Indépendant express» dont vous êtes le Directeur général et Directeur de publication a accusé le Ministère des Travaux publics et celui de l’Economie, des finances et de la planification du développement d’avoir cocufié les travaux publics, selon vos mots.

Par ailleurs, l’article dont vous êtes vous-même l’auteur indique que « c’est le ministère des travaux publics qui devrait suivre la régularité de cet ouvrage, mais le marché, qui a été attribué à l’entreprise chinoise de gré à gré par le ministère de l’économie et des finances, a souffert de contrôle, raison pour laquelle, de bout en bout, le cahier de charges n’a pas été rempli ». Plus loin encore, et d’après de prétendues informations que vous avez recueillies auprès de l’ARMP, l’autorité de régulation des marchés publics, les préfinancements échapperaient à tout contrôle et ne seraient qu’une entente complice entre l’autorité contractante et l’entreprise qui, eux seuls, maitrisent ce qu’ils font ; ce qui vous amène à affirmer que, sur les 17 milliards prévus pour les travaux et préfinancés,

«la moitié servirait à exécuter et le reste se partagerait entre l’entreprise chinoise et la personne contractante qui donne le marché, le ministère de l’économie  et des finances».

Enfin, vous affirmez que l’accès à l’information est verrouillé au Ministère de l’Economie et des finances et personne n’oserait donner des informations sous prétexte que des consignes auraient été données en ce sens pour camoufler les contours du préfinancement, et vous interpellez le Ministre d’Etat, Ministre de l’Economie, des finances et de la planification du développement, Adji Otèth AYASSOR, pour qu’il apporte des éclaircissements dans les conditions normales de la gouvernance puisqu’il serait, selon l’article publié, le chef d’orchestre de ce gré à gré.

Suite à cette publication, souffrant d’une inconsistance notoire, nous tenons à faire la mise au point suivante, vu les incohérences et faussetés relevées dans votre document et surtout la non-maîtrise de votre part des contours du concept de préfinancement et de la notion d’autorité contractante, etc. La mise au point s’impose car vos lecteurs ont dû se perdre dans leur désir de s’informer. Vous avez apparemment besoin de mettre vos connaissances à niveau avant d’écrire sur des sujets de cette nature que vous ne maitrisez pas.

S’agissant du marché public portant sur le  contournement d’Alédjo, vous parlez d’un projet dont le maitre d’ouvrage est le ministère chargé des infrastructures et d’un marché public dont l’autorité contractante est le ministère de l’économie, des finances et de la planification du développement.

1- Votre assertion selon laquelle le ministère de l’économie, des finances et de la planification du développement est l’autorité contractante du marché est FAUSSE.

En effet, conformément au texte portant code des marchés publics au Togo, chaque ministère, chaque institution, etc. est une autorité contractante attribuant les marchés publics relevant de son domaine de compétence. En d’autres termes, le ministre de l’économie, des finances et de la planification du développement ne saurait attribuer un marché public relevant des infrastructures routières contrairement à ce que vous vous peinez à faire croire à vos lecteurs (première contre-vérité). Sachez pour votre information ce qui suit : le ministre chargé des finances n’est pas le ministre qui a attribué le marché portant sur le contournement d’Alédjo. En vertu du code des marchés publics, le ministre des finances approuve les marchés publics. C’est une attribution lui permettant de vérifier que les marchés publics attribués par les autorités contractantes ont bel et bien une imputation budgétaire et que leur conclusion a respecté les procédures légales en vigueur. En d’autres termes, le ministre des finances, chargé d’approuver les marchés publics, a pour mission de vérifier leur régularité.

2- Votre affirmation selon laquelle le marché du contournement d’Alédjo est un préfinancement est FAUSSE.

Le préfinancement en matière de travaux publics est un partenariat public-privé (PPP) où l’entreprise attributaire du marché finance les travaux sur fonds propres ou sur un prêt à lui accordé par une banque ou un pool bancaire. Dans le cas d’espèce, le financement du contournement d’Aledjo n’est pas un préfinancement contrairement à votre assertion mais un marché financé directement par l’Etat togolais sur un prêt obtenu auprès de l’EXIMBANK-Chine. Il s’agit d’un prêt lié c’est-à-dire un prêt destiné à financer un marché dont l’attributaire est obligatoirement une entreprise chinoise. C’est le ministère des Infrastructures qui a attribué le marché du contournement d’Alédjo et c’est ce ministère qui a assuré le contrôle de son exécution à travers ses propres services et un cabinet de contrôle privé commis à cet effet. Le ministre de l’économie, des finances et de la planification du développement n’a pas été impliqué de près ou de loin dans la réalisation de ce projet de contournement d’Alédjo contrairement à ce que vous vous évertuez à faire croire à vos lecteurs.

Pour votre information, nous tenons à vous faire savoir ainsi qu’à vos lecteurs que le ministre chargé des finances a pour mission de mobiliser à l’intérieur et à l’extérieur du pays les ressources nécessaires au financement des dépenses publiques et de veiller à la gestion transparente et rigoureuse de ces ressources. Il dispose à cet effet des services chargés des contrôles a priori et a posteriori des dépenses publiques. C’est en vertu de cette attribution qu’il a négocié auprès du Gouvernement chinois et signé à Beijing avec EXIMBANK Chine les conventions de financement des contournements de Lomé (1ère et 2ème phases), d’Alédjo, de Défalé, le dédoublement actuel de la route Togblécopé-Davié et la nouvelle aérogare de Lomé dans la réalisation desquels il n’a pas été impliqué .  

Son rôle s’est limité à ces diligences ci-dessus mentionnées et nous n’arrivons pas à comprendre le sens de votre acharnement et de ces montages grossiers par lesquels vous tentez vainement  de manipuler l’opinion en faisant croire que le ministre d’Etat, ministre de l’économie, des finances et de la planification du développement est impliqué dans les problèmes du contournement d’Alédjo. Si des insuffisances ont été constatées dans la réalisation des contournements d’Alédjo et Bafilo, il appartenait au cabinet de contrôle commis à cet effet et aux services du ministère chargé des infrastructures de le découvrir, ce qui a d’ailleurs  été le cas. Le ministre d’Etat AYASSOR n’a pas été impliqué dans la réalisation de ce marché au point que  sa photo soit postée à l’appui de l’article que vous avez publié dans votre journal L’Indépendant express et qui comporte de bout en bout de contre-vérités.

 
Vous prétendez que la moitié de 17 milliards aurait disparu dans ce marché au profit de l’entreprise et du ministère de l’économie, des finances et de la planification du développement mais vous ne dites pas à vos lecteurs qui ne sont pas aussi bêtes et naïfs que vous croyez comment ces milliards ont disparu et surtout combien ce tronçon long de 9 km a coûté au point que 8,5 milliards s’évanouissent sans que vous ne produisiez la moindre preuve. Vous prétendez également que l’accès à l’information au ministère de l’économie, des finances et de la planification du développement est verrouillé et que des consignes ont été données pour camoufler les contours du préfinancement. C’est un montage maladroit et grossier. Une question s’impose. Pourquoi au lieu d’aller chercher vos informations au ministère chargé des infrastructures qui est concerné par ce marché,  vous êtes allé au ministère des finances comme vous le prétendez ?

Monsieur Carlos Ketohou, vous feriez mieux de soigner l’image de la presse privée togolaise que de détruire chaque jour sa crédibilité.

Veuillez agréer, Monsieur le Directeur de Publication, l’expression de notre considération.

Fait à Lomé, le

Le Cabinet du Ministre d’Etat,

Ministre de l’Economie, des Finances

et de la Planification du Développement
 

Ampliations:   – HAAC

                – OTM

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *