TOGO:DES UNITES DE SECOURS DES SAPEURS POMPIERS BIENTÔT DISPONIBLES DANS QUATRE  RÉGIONS GRÂCE AU PGICT

Notre planète est,aujourd’hui, confronté en l’occurrence,à des catastrophes du fait des facteurs aussi bien naturels qu’humains qui représente une menace constante sur la vie et les moyens de subsistance des populations.Le Togo n’est pas épargné par cette situation qui impacte négativement le progrès socio-économique et plonge la majorité de la population  dans une extrême pauvreté. 

A cela s’ajoute le phénomène de l’insécurité routière qui sème la désolation et la tristesse dans les familles avec son cortège de conséquences.

Dans l’optique de faire face à tous ces fléaux, les autorités togolaises ont procédé vendredi à Dapaong, au lancement officiel des travaux de construction des unités de secours des sapeurs pompiers dans 4 régions(maritime, plateau, centrale et savanes ).

La Banque mondiale à travers le PGICT(projet de gestion intégrée des catastrophes et des terres),veut, à travers le financement de ces travaux, renforcer les capacités des services de protection civile en vue d’une réponse prompte et adéquate aux éventuelles situations d’urgence.

Pour le ministre de sécurité et de la Protection Civile,Yark Damehame,  représenté à la cérémonie par le préfet de Tone,ce projet est la preuve que le chef de l’Etat Faure Gnassingbé a toujours prêté une oreille attentive aux multiples cris de détresse de nos sociétés. »C’est d’ailleurs pour cela que dans son programme de société, il en a fait un élément essentiel et attache du prix à la prévention en matière de gestion des sinistres »,a-t-il ajouté.

Pour le secrétaire général du ministère de l’environnement et des ressources forestières représentant son ministre André Johnson, le projet de gestion intégrée des catastrophes et des terres ( PGICT ) constitue pour le gouvernement un indicateur fort et appréciable dans la mise en œuvre du cadre d’action de hyogo actualisé en cadre de Sendai. « Il prend en compte les 5 priorités pour lesquellestous les pays ont l’obligation de rendre compte dans le cadre du renforcement des capacités de la résilience des populations aux changements climatiques » a-t-il souligné.

Il est à rappeler  que ces  travaux de construction des unités de secours s’inscrivent dans la première composante du projet axé sur le renforcement institutionnel et la sensibilisation;cette composante a le mérite de prendre en compte le renforcement des opérations de secours en cas d’urgence ou de catastrophes, car bien que à travers les initiatives de tous les acteurs, les changements significatifs sur le terrain pour réduire les impacts des changements climatiques, le risque zéro est loin d’être atteint.

Dans son discours, le représentant de la banque mondiale, Mr Humkpe Koffi, a pour sa part assuré  les autorités togolaises de la disponibilité de leur institution à poursuivre son appui au Togo dans ses efforts sur cette thématique. « L’intégration des questions de prévention et de gestion des catastrophes dans les planifications nationales de développement, tout particulièrement dans la stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi ( SCAPE ) d’une part, et la collaboration étroite entre les secteurs et acteurs de prévention des risques de gestion de catastrophes  d’autre part constituent une volonté manifeste des autorités togolaises de faire de la réduction des catastrophes une priorité nationale « ,a-t-il ajouté.

Rappelons, que les deux ministres,dans leurs messages,  ont tenu à renouveler toute la gratitude du gouvernement Togolais à l’ensemble des partenaires en développement et plus particulièrement à la Banque mondiale pour son soutien permanent dans la quête du bien être de leurs populations.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *