TOGO / DROIT DE RÉPONSE / KODJO AGBEYOME RÉPOND AU JOURNAL L’ALTERNATIVE

agbeymé

De monsieur Agbéyomé KODJO:
Un vulgaire et prétentieux diseur de Phébus, a cru devoir commettre un alignement amphigourique serti de pédanterie brouillonne, poubellière, ordurière et chiffonnière, paru dans la publication dénommée L’ALTERNATIVE – N°453 du 1er Septembre 2015, qu’il titra « Agbéyomé, le mythomane, sur la grande avenue de ses amours perdus. »
J’ai fait lecture du contenu de ce galimatias ankylosé, qui procède d’une scribouille confuse en diable, rebattue, pompeuse et tordue.
Sur la forme, j’ai perçu une bourride fortement méphitique qui exhale des effluves douteuses, et reflète un piètre exercice de brassage d’air.
En outre, il m’est apparu qu’afin de donner quelque contenance à ses divagations et tenter une mise en valeur du charabia qu’il propose à lecture, le diseur de Phébus s’est résigné à inonder son « imaginaire narratif «d’une impropre et improbable figure de style caractérisée par d’abondants emprunts (dont il n’appréhende ni le sens ni la portée) à d’éminents philosophes, aggravant ainsi la compréhension de son baragouin et rendant son « piou piou » au mieux disharmonieux; au pire, confinant à une inadéquate « digression rhétorique » !
Sur le fond, le diseur de Phébus ignore à nul doute, que dans les démocraties avancées, lorsque le Président de la République en fonction effectue une visite officielle à l’étranger, il est de tradition constante, qu’à son invitation, l’on retrouve au rang de la délégation l’accompagnant, des hommes politiques, des chefs d’entreprises, des artistes, et intellectuels qui sont notoirement d’un bord politique ouvertement opposé au sien ! Pour autant, c’est l’image de la Nation dont le Président de la République est l’incarnation qui est représentée à l’étranger avec la délégation l’accompagnant.
Dans les pays en voie de démocratisation, l’apprentissage des règles et traditions institutionnelles de courtoisie républicaine n’est pas entré dans les têtes et les postures sectaires ont le vent en poupe !
Dans les pays d’Afrique en voie de démocratisation, se méprendre sur l’acceptation des règles et traditions de courtoisie républicaine dans la marche d’une démocratie en devenir, c’est s’adonner à du bricolage de petite politique, c’est faire preuve d’ingénuité et de gesticulation poussive !
J’illustre mon propos comme suit : Opposant historique, dès les années 1960, sous feu le Président Léopold Sédar SENGHOR et sous la présidence de monsieur Abdou DIOUF, monsieur Abdoulaye WADE ancien Président de la République du Sénégal fut sous la présidence de ses deux prédécesseurs, malmené, emprisonné, privé de ses droits civiques; pourtant plus d’une fois, il fut de la délégation qui accompagna ses deux prédécesseurs au cours de visites officielles à l’étranger.
Au Zimbabwe, monsieur Morgan TSVANGIRAI opposant radical au Président Robert MUGABE, fut maltraité, écroué, torturé. Dans sa lutte contre le pouvoir en place au Zimbabwe, il se présenta aux yeux du monde, ensanglanté, la tête sertie de points de sutures consécutifs à des lésions graves occasionnées par des violences policières ! Pourtant, monsieur Morgan TSVANGIRAI fut aperçu en Afrique du Sud alors qu’il n’était pas encore Premier ministre, en compagnie Président de la République du Zimbabwe monsieur Robert MUGABE !
Au Bénin d’après conférence nationale souveraine, nombreux furent les opposants de toujours, qui n’eurent de cesse de vouer aux gémonies l’ancien Président de la République le monsieur Matthieu KEREKOU;ils furent malgré cela, en quelques occasions, membres de la délégation accompagnant l’ancien Président de la République monsieur Matthieu KEREKOU au cours de visites officielles à l’étranger.
En République de Guinée (Conakry), nombreux furent les opposants politiques à avoir accepté de servir à différentes fonctions y compris à celle de Premier ministre, leur pays, sous la férule de feu le Général Président Lansana CONTÉ !
Je me garderai de m’étendre ici relativement à la récente alliance politique pour le moins impensable, conclue entre la formation politique (Union des Forces Démocratiques de Guinée) présidée par l’ancien Premier ministre Cellou Dalein DIALLO et la formation politique de l’ancien Chef de la junte militaire, le capitaine Moussa Dadis CAMARA.
Au Burundi, pays jusqu’à date récente, fortement secoué par des violences politiques, ainsi que par une tentative sanglante de coup d’état, évènements desquels résultèrent de nombreux morts et des assassinats. Les motivations de ces troubles violents étant à rechercher dans le fait que le Président de la République monsieur Pierre Nkurunziza (Président de la formation politique CNDD-FDD) en dépit des dispositions de la Constitution burundaise y faisant obstacle, présenta par la force, sa candidature à un troisième mandat et fut réélu en juillet 2015 Président de la République, dans des conditions très controversées et unanimement contestées.
Cependant, dans un souci d’apaisement de la vie politique burundaise et dans l’intérêt supérieur de leur pays commun, monsieur Agathon Rwasa, chef redouté de l’opposition burundaise, leader historique de l’ancienne rébellion armée (Forces Nationales de Libération /FLN), homme politique qui s’est singularisé par des prises de position radicales, homme politique qui connut le maquis au temps de la lutte armée, fut néanmoins, avec les voix des députés du CNDD-FDD, élu en juillet 2015, 1er Vice-président de l’Assemblée nationale du Burundi.
À ce titre ; il effectua une récente visite officielle au Kenya, en compagnie du Président (CNDD-FDD) de l’Assemblée nationale du Burundi et tous deux furent reçus en audience par le Président de la République du Kenya.
Au Togo, un tartuffe, un ignorant, un inculte prétendument « journaliste » croit pouvoir sur un mode sentencieux, déverser des inepties ordurières.
Je peux poursuivre sans la moindre difficulté l’énumération de cas de respect de la courtoisie républicaine sur le continent africain.
Monsieur le diseur de Phébus, vous méconnaissez l’étendue complexité des ressorts inhérents à l’activité politique; souffrez d’apprendre que je suis un homme politique responsable, républicain et expérimenté, qui occupa d’éminentes fonctions et que je suis disponible à apporter ma contribution, si besoin pour faire avancer mon pays, et pour servir l’intérêt général.
La réorientation républicaine et le discernement politique amorcés par la formation politique OBUTS furent publiquement annoncés et médiatisés.Dès lors, je n’ai nulle intention de camper une posture sectaire et j’assume tout !
Par ailleurs, je n’ai à me justifier d’absolument rien, car moi, je suis dans l’action politique, j’agis, je travaille, je réfléchis et accessoirement, dans le silence je contribue quotidiennement au bien-être d’une foultitude de nos compatriotes !
Alors monsieur le diseur de Phébus, retenez une fois pour toute que je ne suis pas dans les commentaires orduriers, ni ne psalmodie des onomatopées de comptoir.
Enfin, je vous engage vivement monsieur diseur de Phébus à rehausser votre plat au niveau cognitif en vous instruisant davantage.
Un vieil adage chinois dit « l’ignorance est la nuit de l’esprit, et cette ignorance n’a ni lune ni étoiles ».
Méditez l’adage précité et revisitez vos gammes « musicales » monsieur le [trompettiste], car l’art est un long apprentissage qui en outre, exige du talent ! Or, vous semblez en êtes dépourvu.
Agbéyomé KODJO
Président national OBUTS

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *