Le Vatican bloque la nomination par Paris d’un ambassadeur homosexuel

L’administration vaticane n’a pas encore validé le candidat proposé par la France au poste d’ambassadeur près le Saint-Siège. Si aucune confirmation n’a été faite de part et d’autre, il semble que l’homosexualité du diplomate pose problème.

Correspondant au Vatican, Antoine-Marie Izoard

Dans le protocole du Saint-Siège, une règle non-écrite mais connue de tous au sein de la diplomatie, veut que le Vatican n’accorde pas son agrément, d’ordinaire, aux candidats homosexuels ou divorcés remariés.

Plus d’un mois après le départ de son ambassadeur près le Saint-Siège, la France n’a toujours pas reçu de réponse du Vatican à la demande d’agrément déposée en janvier dernier pour la nomination de Laurent Stefanini, actuel chef du protocole à l’Elysée.

D’aucuns évoquent un blocage à Rome au prétexte que le diplomate choisi par Paris serait homosexuel. Pour autant, le président français maintient son candidat.

S’il est vrai que ce choix peut apparaître comme une provocation deux ans après l’adoption du mariage homosexuel, plusieurs observateurs avancent que le candidat, ancien premier conseiller dans cette même ambassade au début des années 2000, est un diplomate de qualité.

Par ailleurs, ce catholique vit en toute discrétion son homosexualité, ce qui n’était pas le cas d’un autre diplomate français, refusé par le Vatican il y a huit ans.

Si l’absence de réponse du Vatican ne présage rien de bon, l’écho médiatique de cette affaire traitée avant tout par l’administration vaticane va revenir aux oreilles du pape François qui pourrait, lui, se montrer moins rigide.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *