AFFAIRE DE LA SUPPOSÉE DÉTENTION DE L’ESPRIT DE FAURE SOUS UNE STATUE CULTURELLE PAR AYASSOR QUAND LA PRESSE TOGOLAISE SE FOURVOIE DANS UN RÔLE DE DEVINS-MARABOUTS

« Le Ministre d’Etat Adji Otéth AYASSOR détiendrait l’esprit du Président FAURE sous une statue érigée à Défalé». Une accusation qui parait anodine au regard de toutes celles que l’on a déjà entendues mais qui, de par son caractère non scientifique suscite beaucoup d’interrogations : Une partie de la presse togolaise est-elle devenue devin-marabout? Comment cette «vérité» qui serait obtenue à partir d’une supposée simple enquête de journaliste peut-elle être démontrée scientifiquement ? Si tant est que ce monument qui abrite les noms des cadres de Défalé, les noms des Ministres et l’esprit du Président, est l’œuvre personnelle du Ministre d’Etat AYASSOR en ce sens que cette statue lui profite en quelque chose, pourquoi l’avoir construite dans un lieu public plutôt que dans sa chambre ou dans la cour de sa maison ? Toutes investigations faites il ressort cette histoire est une pure invention de ceux qui, tapis dans l’ombre, en veulent au Ministre d’Etat AYASSOR, lui reprochant de loin, d’avoir tout mis en œuvre pour entourer le système financier de l’Etat de garde-fous pas facile à ébranler!

LA VERITE DE NOS INVESTIGATIONS SUR LA QUESTION

Tout natif de la localité reconnaît d’office que la statue en question est une statue culturelle et c’est pour cela qu’on retrouve la même statue dans les cantons de KADJALLA, de KPAHA, de SIOU, de TENEGA, de NIAMTOUGOU et de YAKA-AGBANDE.

En effet, selon ne recoupement, les fils et les filles de la Préfecture de Doufelgou ont, en 2008, décidé unanimement de rendre tournante, la célébration de l’apothéose de leur fête traditionnelle SINTU-DJANDJAGOU ; un nom composé de SINTU qui est le nom de la principale danse des peuples Lamba, et DJANDJAGOU, le nom d’un tam-tam que les Nawdoba jouent pour annoncer les rites traditionnelles. En 2009, l’apothéose de Sintu-Djandjagou qui ne se célébrait qu’à Niamtougou, chef-lieu de la préfecture de Doufelgou, devrait être délocalisée pour la première fois dans le canton de Défalé. Et pour immortaliser l’évènement, le comité de ladite fête réalise dans le canton hôte un monument, ou une œuvre sociale selon le désire des populations concernées. C’est dans ce contexte que la statue érigée au carrefour du lycée de Défalé représentant un danseur de Sintu, a été conçue par le comité d’organisation préfectoral et cantonal pour son implantation en 2009 à l’occasion de l’apothéose de Sintu-Djandjagou. Dans le même esprit, la même statue sera construite successivement dans les cantons sus-cités, lors des mêmes occasions. 

Cette vérité est unique. Par respect du principe universel de non contradiction, aucune autre vérité concernant cette statue culturelle ne peut être admise. «Cette statue n’est pas l’œuvre du Ministre AYASSOR. La lui attribuer est une insulte à l’intelligence de nous les populations de Défalé.» a déclaré un cadre Defalois qui est largement revenu sur les circonstances d’érection de ce monument culturel. 

En ce qui concerne l’hôtel ALIZEE considéré comme «une fierté des Défalois», si une enquête avait effectivement été réalisée à Défalé, on comprendrait aisément que cet hôtel n’est pas la propriété privée du Ministre AYASSOR, mais d’un groupe de personnes. Dans les années 1990, cet hôtel avait pour nom RELAI DES MONTS BLANCS. Quoi de plus normal que l’hôtel change de nom et que l’architecture de l’immeuble soit aujourd’hui réaménagé vu qu’entre- temps les objectifs du groupe ont changé ou que la situation sociale de ses membres a connu une amélioration? «Qu’à cela ne tienne, le Ministre AYASSOR n’a-t-il pas le droit de réaliser une œuvre de ses rêves, de son goût, où il veut ? En quoi cela dérange les autres?», s’interroge un étudiant en fin de cycle natif de la localité. 

A propos du domicile privé du Ministre, nos recoupements auprès de certains ressortissants Lamba à Lomé ont convergé vers le fait que c’est une maison de campagne qu’il a acheté à un pasteur Américain et qu’il a dû aménager selon ses convenances. «On se demande si cela vaut la peine d’en parler quand on sait que cette maison n’a rien d’extraordinaire et qu’elle ne dépasse en rien celles que de simples douaniers ont bâties ici et là», nous rétorque un professeur d’Université qui nous avoue bien connaître le Ministre d’Etat et pour lui, «les mensonges et les calomnies visent clairement le mental de leur frère mais ils n’auront jamais raison d’un Ministre comme AYASSOR qui fait bien ce qu’il doit faire et dont la carrure professionnelle va au-delà des frontières togolaises. »

Pour cet universitaire Lamba, «Les populations de Doufelgou, de Défalé, le comité préfectoral et cantonal de la fête Sintu-Djandjagou, le chef-canton de Défalé, tous devront réagir car ce mensonges jette une accusation et un déshonneur sur tout un peuple respecté et respectable connu pour son intégrité et sa loyauté! » Bon à suivre!
Il faut rappeler en effet, que depuis 2007 que Adji Otèth AYASSOR, alors Secrétaire Général de la Présidence de la République, est arrivé au ministère de l’Economie et des Finances, et depuis le début de sa mise en œuvre des vastes chantiers de réformes économiques, seules conditions de l’assainissement des finances publiques, certains pervers à la solde de quelques revanchards qui tiraient d’énormes profits d’une situation de jungle dans laquelle notre pays se trouvait, ont fait le choix injuste de troubler par tous les moyens le sommeil et la quiétude de ce Ministre de l’Economie et des Finances que beaucoup de Togolais de bonne foi considèrent comme étant celui-là qui grâce à sa rigueur, à son intégrité, à son amour pour cette pauvre nation, a réussi à sortir le Togo du gouffre. «Que n’ont-ils pas inventé pour salir l’image du Ministre ? Quels habits n’ont-ils pas cousus pour habiller Adji Oteth AYASSOR? Des habits, ils en ont cousus, des plus serrés aux plus larges !

Des accusations et des calomnies tous azimuts, il les supporte ! Parfois il en est indifférent, obligé d’en faire fi et de se concentrer sur son travail qu’il ne cherche qu’à bien faire au bénéfice du pays et de ses populations! Mais trop c’est trop !» poursuit 
notre interlocuteur avant de laisser la parole à un de ses collègues, lui natif de Tchaoudjo qui assène : «Croyant diffamer Monsieur AYASSOR, espérant convaincre l’opinion, pour ainsi le voir débarquer de son poste de Ministre de l’Economie et des Finances avec ses projets de réformes qui empêchent une minorité de continuer à voler l‘argent du contribuable togolais, ces petits d’esprit qui soutiennent une chose et son contraire l’ont déjà accusé d’être le beau-père du Président FAURE et de jouir des faveurs de ce dernier, d’avoir détourné des Milliards de Francs cfa ; d’avoir touché des commissions auprès des fournisseurs de services publics, des entreprises BTP en l’occurrence ; de battre le record de longévité au poste de Ministre ; d’avoir mal imaginé l’Office Togolais des Recettes ( OTR ) et d’avoir ainsi mis quelques agents en chômage, évitant à juste titre de dire que la création de l’OTR freine les auteurs des crimes économiques au Togo dans leur désire insatiable à s’enrichir illicitement au détriment de la majorité des togolais. Et puisque tout cela semble ne pas suffire pour que le Président FAURE retire sa confiance à leur souffre-douleur, AYASSOR devenu Ministre d’Etat, il fallait que ces nains aigris du fait de la perte de leurs privilèges incongrus, tentent une ultime chance en montant de toutes pièces, cette autre accusation des plus drôles! » Pour lui des inspecteurs déchus sont aux commandes de la manipulation. L’avenir nous situera dans tous les cas mais d’entrée de jeu, il porte un regard critique sur le comportement d’une partie de la presse togolaise et fait remarquer qu’« une enquête journalistique faite dans le but d’informer son public doit revêtir un caractère neutre. Que le débat soit personnalisé au point de traiter le Ministre AYASSOR de sorcier permet de penser sans grand risque de se tromper que ceux qui sont aux manettes sont allés trop loin en prouvant leur haine viscérale qu’ils éprouvent contre ce natif de Défalé. Et comme c’est le cas malheureusement, il est clair que la supposée enquête a été orientée vers un échantillon non représentatif constitué à dessein et donc, toute analyse issue et des résultats auxquels elle est parvenue ne relèvent que de la pure invention.»

FORUM DE LA SEMAINE N°2006 DU 9 NOVEMBRE 2015

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *