TOGO:Lancement de la première édition de la semaine de l’intégration Africaine

La première édition de la semaine de l’intégration africaine a été  lancée hier matin à Lomé. La question de la sécurité maritime s’est invitée à cette initiative du Ministère des Affaires La première édition de la semaine de l’intégration africaine est lancée ce matin à Lomé. La question de la sécurité maritime s’est invitée à cette initiative du Ministère des A étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine. Cette rencontre qui vise à faire accélérer le processus d’intégration du continent se déroule autour de deux thèmes à savoir « l’intégration africaine et les défis de la sécurité maritime » et « l’intégration africaine : des communautés sous régionales aux citoyens ». Plusieurs personnalités, notamment les ministres Robert Dussey des Affaires étrangères, de la coopération et de l’Intégration Africaine et Damehame Yark de la Sécurité et de la protection civile, les ambassadeurs et chefs des institutions internationales, sous régionales et même les étudiants prennent part à cette initiative qui se déroule sur deux jours, à savoir les 24 et 25 mai. Le président du Groupe des ambassadeurs et chefs de mission en Afrique, Mohamed Karim Shérif a trouvé l’initiative louable.

Tout en rappelant que la culture et l’éducation constituent le « pont » vers le développement et que l’Afrique est le « continent de l’avenir », le diplomate dit croire qu’ensemble, les Africains peuvent soulever des montagnes. « L’intégration africaine, c’est la libre circulation des biens et de mouvements sur tout le continent africain. Pour ce faire, l’intégration suppose avant tout une volonté politique, une harmonisation des politiques, la mise en place d’institutions continentales et une unité d’actions. Elle passe également par la promotion de la paix, de l’unité, de la solidarité, de la cohésion et de la coopération entre les Etats africains et leurs peuples », a affirmé le ministre Dussey. Pour lui, cette intégration est sujette à plusieurs défis notamment en matière énergétique, de sécurité, de libre circulation, d’éradication de la pauvreté, d’accès aux soins de santé de qualité, en matière de nouvelles technologies et le manque de ressources financières. Tout en saluant les efforts consentis par la Commission de l’Union africaine pour accélérer l’intégration, notamment à travers la reconnaissance de huit (8) communautés économiques régionales, le ministre a indiqué que « si l’idéal panafricain continue d’avoir un écho certain, il peine à se matérialiser  »
A travers cette initiative, plusieurs objectifs sont visés. Il s’agit notamment de répondre aux aspirations des populations vers la réalisation d’une fraternité et d’une solidarité intégrées au sein d’une unité plus vaste qui transcende les divergences ethniques et nationales telle que voulue par les pères panafricanistes, faire connaître l’Union africaine, son rôle et ses actions dans le développement du continent, engager des réflexions sur le développement de l’Afrique confrontée à la question de l’insécurité maritime.
Il faut noter que plus de 80% des échanges internationaux se font par voie maritime. Cette voie commerciale de premier plan est confrontée à la recrudescence des activités criminelles, notamment la piraterie, les trafics de drogue et les pêches illégales qui nuisent dangereusement aux économies des pays, portent atteinte aux vies humaines et déstabilisent les Etats. En attendant le Sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de l’Union africaine sur la sécurité maritime et le développement en Afrique à Lomé en octobre prochain au cours duquel d’importantes décisions seront prises pour contrer la menace,

La première édition de la semaine de l’intégration africaine se poursuit ce mercredi 25 Mai avec des prestations artistiques des troupes du Bénin, du Burkina Faso ..

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *