Discours du Ministre Adji Otèth Ayassor Lors 8ème session ordinaire du Conseil des Gouverneurs du Fonds Africain de Garantie et de Coopération Economique (FAGACE).

Mesdames, Messieurs les Ministres
Honorables membres du Conseil des Gouverneurs,
Messieurs les Administrateurs,
Madame le Directeur Général,
Mesdames, Messieurs,
C’est un plaisir pour moi de vous accueillir ici à Lomé, à l’occasion de la 8ème session ordinaire du Conseil des Gouverneurs du Fonds Africain de Garantie et de Coopération Economique (FAGACE).
Je voudrais, avant toute chose, au nom du Président de la République, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna Gnassingbé, au nom du Gouvernement et du Peuple Togolais, vous souhaiter à toutes et à tous, la plus cordiale bienvenue au Togo.
Honorables membres du Conseil des Gouverneurs,
Votre présence effective à ces assises confirme votre attachement à l’avenir du Fonds.
Malgré vos emplois du temps chargés, vous avez décidé de vous déplacer pour prendre part aux présentes assises qui auront à délibérer sur des questions importantes pour la vie, je dirais même la survie, de notre Institution. Je vous en remercie.
Madame, Messieurs,
Messieurs les Administrateurs,
Notre réunion se tient au moment où la croissance économique de notre continent est au ralenti, en raison de la baisse du prix des matières premières, notamment du pétrole, et du ralentissement de l’activité des grandes économies partenaires de l’Afrique. En dépit de ce contexte économique difficile et d’une situation sécuritaire préoccupante, en 2015, pour la deuxième année consécutive, la croissance économique a dépassé 6 %, portée par les investissements dans les infrastructures, une consommation privée vigoureuse et de bonnes performances agricoles qui, hélas, pourraient être affectées par la sécheresse dans plusieurs de nos pays, cette année.
Il s’agit là des facteurs qui pèsent sur les fondamentaux macro- économiques des Etats membres du Fonds, en général, et sur l’environnement direct de notre Institution, en particulier.
Face à une telle situation, et à la lumière du rapport du Conseil d’Administration soumis à notre Instance que nous allons examiner tout à l’heure, nous aurons une fois encore, à prendre d’importantes décisions relatives au fonctionnement, au développement des activités et à l’avenir du Fonds.
Honorables membres du Conseil des Gouverneurs,
En effet depuis 2009, des actions visant au redressement et à la relance des activités de l’Institution ont été menées.
Au nombre de celles-ci, il convient de citer, l’augmentation du capital qui est passé de cent(100) milliards à trois cent cinquante (350) milliards FCFA avec en 2016, un appel d’une tranche du capital à hauteur de 22,953 milliards de FCFA pour permettre la recapitalisation du Fonds.
Malgré les résultats financiers enregistrés cette année, le développement progressif des activités opérationnelles est désormais une réalité avec 13 projets avalisés à hauteur de 30, 724 Milliards en 2015 dans les domaines aussi divers que les télécommunications, l’industrie, la micro finance, la manutention portuaire et l’hôtellerie.
En outre, au cours de l’année 2015 deux accords de siège ont été signés par le Fonds avec la République du Cameroun et la République du Rwanda en vue du renforcement de ses activités opérationnelles en Afrique centrale et en Afrique de l’Est.
C’est le lieu de réitérer mes félicitations au Conseil d’Administration pour la qualité du travail accompli. Au cours de cette période, vous avez accordé un intérêt particulier au Fonds à travers l’analyse, l’appréciation et l’orientation objective de ses activités. Ce faisant, d’importantes décisions ont pu être prises, insufflant le dynamisme nécessaire à l’Institution afin qu’elle puisse se maintenir dans un environnement en perpétuelle mutation et dans un contexte plus ou moins difficile.
Honorables membres du Conseil des Gouverneurs
Mesdames, Messieurs,
Comme vous avez pu le constater, beaucoup reste à faire pour que le redressement et le développement de l’Institution puissent se faire de façon durable et soutenue.
Au vu de la situation financière et des besoins de financements des projets dans nos Etats respectifs, notre Institution a besoin de notre soutien pour y parvenir.
D’ores et déjà, au regard des différents rapports soumis à notre attention, il urge que nous puissions concrétiser nos engagements et que nous donnions à notre Institution commune les moyens accrus pour lui permettre de mener à bien ses activités.
C’est la raison pour laquelle, je voudrais vous inviter, chers collègues, à examiner avec la plus grande attention, les dossiers inscrits à l’ordre du jour de notre présente Instance notamment, les états financiers, le plan stratégique 2016/2020, la libération du capital appelé et le recrutement d’un Directeur Général, qui devraient se faire à la lumière des objectifs, du contexte économique actuel ainsi que de l’ambition que nous devons donner à notre Institution pour les années à venir.
Honorables membres du Conseil des Gouverneurs,
Mesdames, Messieurs,
Je suis convaincu que la qualité des discussions que nous aurons au cours de notre présente session, permettra d’aboutir aux meilleures décisions afin de préserver et de renforcer notre instrument d’appui au développement et d’intégration régionale qu’est le FAGACE.
C’est dans cet espoir, qu’en souhaitant plein succès à nos travaux,
je déclare ouverte la 8ème session du Conseil des Gouverneurs du FAGACE ;
Je vous remercie.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *